1. Empanadas chèvre/épinards

    J’adore la street-food et la finger-food. Alors j’ai eu très envie de faire des empanadas, vous savez ces petits chaussons argentins qui sont traditionnellement farcis à la viande mais que l’on peut customiser à l’infini.

    Voici la recette pour 12 empanadas:

    - pâte brisée (home made)
    - des épinards de chez Monsieur Picard
    - un fromage de chèvre frais bio
    - des raisins secs (une grosse poignée)
    - 1 grosse cuillère à soupe de miel
    - sel, poivre, curry
    - 1 jaune d’œuf

    Préchauffer le four thermostat 6 pendant que les épinards réduisent dans la casserole et préparer la pâte brisée.

    Mélanger le fromage de chèvre aux épinards jusqu’à que ce soir crémeux et assaisonnez avec le miel, le sel, le poivre et le curry. Ajouter une grosse poignée de raisins secs et mélanger.

    Étaler la pâte et faire des cercles avec un gros verre puis déposer des petites doses de la préparation d’épinards au centre des cercles et fermer à l’aide de vos doigts mouillés.

    Déposer sur une plaque recouverte de papier cuisson les empanadas, les badigeonner de jaune et faire cuire pendant 25 minutes.

    Facile, non ?

     
  2. Hot Mexican soup

    Il fait froid, me revoilà plongée en mode soupe. Cette recette, au titre mensonger, n’est pas vraiment une soupe mexicaine car elle est adaptée à partir d’une base de Chili con carne qui n’a rien de mexicain (et oui, c’est une légende !).

    Voici la recette qui est hyper simple à réaliser:

    Ingrédients: (pour 4 personnes)
    - 2 boîtes de haricots rouges
    - 2 poivrons (j’ai pris des verts juste pour avoir un peu de couleur dans mon bol)
    - de la purée de piments
    - des coquillettes (l’ingrédient mexicain par excellence !)
    - 2 oignons
    - 2 grosse gouttes d’ail
    - 6 tomates
    - de la viande hachée (j’ai utilisé un mélange bœuf/porc)
    - sel, poivre

    Faire cuire les coquillettes séparément en réduisant un peu le temps de cuisson (j’ai mis 6 minutes au lieu de 7).
    Faire revenir les oignons, l’ail et les poivrons dans un peu d’huile d’olive puis ajouter la viande.
    Lorsque cela commence à dorer, ajouter les tomates puis les haricots rouges et faire cuire 3 minutes. Recouvrir le tout d’eau, saler et poivrer, ajouter une petite cuillère à café de purée de piment et laisser cuire à feu doux pendant 20 minutes.
    Au moment de servir, ajouter les coquillettes et mélanger.

    Voilà, c’est prêt !

     
  3. Nouveau projet commencé aujourd’hui avec un tissu japonais acheté en juillet. C’est une robe que j’ai repérée sur Pinterest et il a fallu être astucieux pour rentabiliser la taille du tissu (laize de 1,20m) !

     
  4. Aujourd’hui j’ai bu un thé et j’ai goûté pour la première fois une figue de barbarie. Mis à part que je suis ressortie avec plein d’épines sur les doigts, je ne sais pas vraiment si j’ai aimé ce fruit.

     

  5. Sur le chemin de l’école

    Cette semaine je suis allée voir au cinéma le film-documentaire Sur le chemin de l’école. Le film retrace l’histoire de 4 enfants vivant aux 4 coins de la planète (Kenya, Inde, Maroc et Argentine), pour qui l’accès à l’école est difficile et parfois périlleux. L’idée est belle et les paysages y sont magnifiquement filmés, mais j’avoue avoir été déçue par la forme qui tient plus du spectacle que du documentaire.

    En effet, le parti pris du réalisateur est, je trouve, un peu démagogique. Il ajoute du pathos (en a-t-on vraiment besoin ?) avec une musique qui tombe souvent dans un lyrisme kitsch (une espèce de soupe imitant -très mal- les musiques traditionnelles/musiques du monde). Dommage car les images parlent d’elles-même.

    J’ai été également gênée par les voix des enfants qui sont doublées par des voix d’enfants français, ce qui crée un décalage avec le propos du film qui en devient presque dénaturé. Tout au long de la séance, je me suis demandé si les paroles des enfants étaient véritablement traduites tant tout cela sonne faux et semble être romancé.

    Malgré tout, je pense que ce film est à montrer à cette génération d’enfants et d’ados blasés de tout, que notre société occidentale a fabriqué.

    Bande-annonce:


    Sur le chemin de l’école Bande-annonce par toutlecine